Le numéro 31 de Diasporas : Circulations, migrations, histoire, « Fragments d’exil », est sur les étals

Les diasporas ne sont pas des phénomènes immuables : elles naissent, vivent et s’éteignent, ou se diluent dans des ensembles plus vastes ; d’autres ne restent qu’à l’état d’ébauche. Constructions parfois éphémères à la faveur d’un événement politique ou d’une opportunité commerciale, elles peuvent se muer en édifices structurés, de réseaux et de métropoles qui s’affrontent et se succèdent. Ce numéro aborde de manière systématique un problème peu abordé dans les études migratoires et diasporiques. En étudiant ainsi des « fragments d’exil », la notion de diaspora s’en trouve réinterrogée. Face à l’expansion de son usage, ils permettent de souligner la dimension profondément historique de cet objet si singulier, et pourtant de plus en plus universel.

Le numéro 31 de Diasporas : Circulations, migrations, histoire, « Fragments d’exil », est sur les étals et sur la plate-forme : ici

Ilsen ABOUT

i