Leo Frobenius

Histoire croisée de la constitution et de l’appropriation d’un savoir ethnologique en France et en Allemagne

En Allemagne et en France de la première moitié du vingtième siècle, les traditions scientifiques et contextes institutionnels se sont développés parfois de manière très différente. Mais pour ce qui concerne l’ethnologie, il existe aussi des intersections entre les deux conceptions épistémologiques nationales, qui rendent intéressantes une exploration de leur histoire croisée. Le présent projet se donne pour objectif de montrer comment des champs thématiques se sont influencés de manière parallèle, antagoniste ou en empruntant l’un à l’autre pour se développer. Dans ce cadre, il sera particulièrement observé la manière dont le savoir ethnologique s’est diffusé et a été reçu en Allemagne, en France, puis dans une forme de réciprocité au miroir des pays africains. Les chercheurs associés au programme s’intéresseront aux méthodes des ethnologues, aux connaissances qu’ils acquièrent par leur truchement et aux institutions qui les portent en Allemagne et en France. En outre, un réseau international de chercheurs sera constitué, qui se consacrera à l’histoire du développement de l’ethnologie en Europe et des disciplines voisines. Pour ce faire auront lieu des conférences, seront organisées des expositions et publiés des ouvrages, qui auront également le soin de faire connaître ces connaissances en matière d’ethnologie et de préhistoire en en favorisant la réception sur le continent africain. Grâce à de premiers soutiens accordés par l’Institut Français d’Histoire en Allemagne, le CIERA et le Campus Condorcet, un partenariat entre le Centre Georg Simmel et l’Institut Frobenius est engagé. Il prendra la forme d’un séminaire commun à l’EHESS portant en 2013-2014 sur « Les deux ethnologies d’Outre-Rhin », d’un colloque consacré à Leo Frobenius à l’Université Goethe de Francfort les 19-20 février 2014, et de tables rondes et conférences lors de l’exposition « Sur les traces de l’Atlantide » de l’Institut Goethe de Paris en juin 2014.

Comité d’organisation :

Jean-Louis Georget (IFHA, Goethe-Universität Frankfurt/M.)

Hélène Ivanoff (Centre Georg Simmel, CNRS-UMR 8131, EHESS, Paris)

Richard Kuba (Frobenius-Institut, Goethe-Universität Frankfurt/M.)

Martin Mourre (CEAf, IRD-EHESS/Université de Montréal)

i