« Le Fidelio de Beethoven. Transferts, circulations, appropriations, 1798-XXIe siècle »

  • Projet d’enseignement et de recherche associant le Beethoven-Haus Bonn, le Centre Marc Bloch Berlin, le Centre Georg Simmel-Recherches franco-allemandes en sciences sociales à l’EHESS (porteur du projet), l’Université Paris-Saclay : l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines) et l’Université d’Evry-Val d’Essonne (Laboratoire Synergie Langues Arts Musique – SLAM), le Musikwissenschaftliches Institut de l’Université  de Zurich, avec la participation du Conservatoire national supérieur de musiqe et de danse de Paris.
  • Responsables scientifiques: Philippe Gumplowicz (Evry-Val d’Essonne), Hans-Joachim Hinrichsen (Zurich),  Christine Siegert (Beethoven-Haus Bonn), Patrice Veit (Centre Georg Simmel, EHESS), Jean-Claude Yon (Versailles-Saint-Quentin).
  • Avec le soutien financier du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne (CIERA), de la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay et de l’Université franco-allemande.
  • Sous le titre « Le Fidelio de Beethoven. Transferts, circulations, appropriations, 1798-XXIe siècle », ce projet international a pour objet d’aborder l’unique “opéra” de Beethoven (1805-1814) en partant de son origine, la pièce de Jean-Nicolas Bouilly Léonore ou l’Amour conjugal créé à Paris au Théâtre Feydeau en 1798 sur une musique de Pierre Gaveaux. Le Fidelio de Beethoven constitue un objet parfaitement adapté pour mener une réflexion sous le triple angle des transferts, des circulations et des appropriations. Le projet vise à poser les fondements d’une histoire « connectée » de Fidelio. Il s’inscrit d’une part, dans le temps long, de 1798 (avec la création de Jean-Nicolas Bouilly) jusqu’au XXIe siècle, en accordant notamment une large place aux enjeux idéologiques et culturels de la guerre froide (notamment en RDA et dans l’ensemble du bloc communiste) ; et, d’autre part, à une échelle spatiale d’envergure. Si l’Europe reste au cœur des recherches, le projet ambitionne en effet de s’ouvrir à des terrains d’enquête peu explorés jusqu’à présent, comme les Amériques du Nord et du Sud ou encore l’Afrique du Sud.
  • Ce projet entend poser également les bases d’une réflexion internationale et interdisciplinaire en mobilisant les apports d’un dialogue scientifique franco-allemand et en faisant appel à de jeunes chercheurs et à des chercheurs confirmés venant d’horizons disciplinaires différents – historiens, historiens du théâtre, musicologues, Kulturwissenschaftler, historiens de l’art, spécialistes de littérature et de l’histoire des idées… -, mais également à des « acteurs » du monde du théâtre lyrique : dramaturges, metteurs en scène, décorateurs, interprètes.
  • Le projet a débuté en novembre 2016 et se déroule sous la forme de trois ateliers et d’un colloque final qui aura lieu en décembre 2018, abordant chaque fois une thématique spécifique:
  • Fidelio ou l’héroïsation de la figure féminine sur les scènes lyriques, (fin XVIIIe–XXIe siècles),Beethoven-Haus Bonn, 17.–19. November 2016

  • Le programme est consultable :  ici
  • Fidelio : circulations et adaptations, (Zurich, Musikwissenschaftliches Institut, 2-3 juin 2017)

  • Le programme est consultable : ici

  • Fidelio : Un opéra „performatif“ ? L’opéra de Beethoven dans les célébrations et les commémorations (XIXe-XXIe siècles). (Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, avril 2018)

  • Fidelio, un „véritable“ opéra ? Situation musicale, scénique et culturelle hier et aujourd’hui (Paris, Opéra Comique, 13-15 décembre 2018)

  • Parallèlement, des séances d’une demi-journée, à raison de 2 à 3 par semestre, auront lieu à partir de la rentrée universitaire 2017-2018 au Conservatoire national supérieur de musique de Paris (coordination : Liouba Bouscant, CNSMDP) faisant intervenir des enseignant(e)s et des étudiant(e)s du CNSMDP ainsi que des enseignants-chercheurs et des étudiant(e)s et doctorant(e)s extérieurs, liés au projet.